Jardins

Architecte-paysagiste, un métier de passion et de patience

21.09.2022

La preuve par l’exemple d’une réalisation de la société Viridis, dans le Brabant Wallon.

Architectes paysagistes depuis maintenant 28 ans, Nathalie Berger et Pierre Meulemans forment un duo créatif qui travaille main dans la main pour satisfaire la demande de leurs clients.

Pour nous donner un aperçu de leur métier, ils nous détaillent l’un de leurs projets.

Une relation de confiance

Ayant pour mission d’aménager l’environnement, et se basant de facto sur la matière vivante pour accomplir sa tâche, l’architecte paysagiste voit ses projets durer dans le temps, jusqu’à ce que ceux-ci aboutissent complètement, souvent des années après avoir été élaborés.

Pierre et Nathalie ne font pas exception à la règle. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, très vite, le couple établit une relation de confiance avec ses clients.

« De nombreux clients deviennent de bonnes connaissances. On tutoie assez vite les gens, pour établir un lien. Cela permet d’être plus franc, et les résultats n’en sont que meilleurs.

Pour les gens, on n’est pas dans du produit acheté. Ils attendent des conseils, un suivi, et nous sommes là pour ça » nous explique le couple.

Un projet abouti dix ans plus tard

Pierre et Nathalie nous illustrent leur travail avec l’un de leurs nombreux projets clients, aujourd’hui abouti.

« Après une rencontre à l’école de nos enfants et des discussions sur les difficultés d’aménagement de leur jardin, des clients, devenus aujourd’hui des amis, nous ont confié le plan de leur jardin » expliquent Pierre et Nathalie.

« Il s’agit alors d’une nouvelle construction perchée en haut d’un terrain en dénivelé, en pente et très sablonneux ».

Le couple propose alors un projet en retravaillant le terrain en trois niveaux et paliers successifs.

« Après un gros terrassement, le projet a pu être réalisé. À la sortie de la vaste verrière, un escalier avec de grandes marches plateaux, conduisent à une grande terrasse de pavés en terre cuite.

Le deuxième niveau est accessible par des escaliers, avec des marches en pierre bleue. Les niveaux sont reliés par des haies taillées et des massifs de fleurs.

Une longue perspective plonge vers le troisième niveau et s’étire jusqu’à la réserve naturelle pour oiseaux au fond du terrain ».

Un projet remanié

Un travail de longue haleine, qui s’est vu ponctuer d’une nouveauté des années plus tard.

« 10 ans plus tard, le projet a été remanié pour intégrer une piscine, avec un couloir de nage de 12m sur 3.

Après avoir envisagé deux ou trois solutions, nous avons opté avec nos clients pour son installation sobre et naturelle au troisième niveau.

On y accède par un ponton en bois qui prolonge en perspective vers le paysage la piscine, qui est discrète et invisible depuis la maison selon le souhait des clients ».

 

Un article de Potimanon – Photos : © Viridis

Un joli travail, accompli avec brio,
qui reflète à merveille le travail d’architecte paysagiste,
qui demande à la fois patience, écoute et savoir-faire.